High Pressure Skiing

High pressure in the Cascades makes me anxious and jittery: the mountains are waiting. With cold temperatures and firm snow, the possibilities are are endless, but the clock is ticking. On December 8th I decided to go have another look at Mt. Shuksan. I went to the North face, a classic Cascades snow and ice climb. In the summer I have taken as much as 8 hours to reach the foot of the face with an overnight pack, thrashing steeply cross country from the depths of the White Salmon valley. On skis, with a small daypack, it took me 3 1/2 hours.
L'anticyclone sur les Cascades me rendent nerveux: la montagne m'attend. La neige consolidée et le grand froid rend tout possible, mais il faut se dépêcher. Le 8 décembre suis de retour à Mt. Shuksan. La face nord, itinéraire classique en neige et glace, est vite atteint en ski. J'ai mis 3 1/2 heures, au lieu des huit heures habituels en été avec un gros sac à dos. Pas de lutte avec les brousailles et les rudes alpes, seulement un ski tranquille sous les glaciers suspendus de Shuksan. 

I had done the North face three times previously, once back in college and twice guiding. Traveling alone in winter conditions gave me a whole new experience. Crossing on to the east side of the mountain proved a thoughtful moment: out of cell range, and onto the head of the huge, crevasse-riddled Crystal glacier. I thought of the Haute Route pioneers, who originally attempted that high ski traverse early in the winter. They believed that the colder weather would mean firmer snow bridges. This was before good data on seasonal snowfall patterns was available. The result was the first crevasse fall death in the history of alpine touring. Needless to say, I drew on all my memories as well as aerial photos in choosing my line across the Crystal. The wind patterns on the snow hypnotized me and drew me onward.
J'avais fait la face nord trois fois déjà, une fois en amateur et deux fois avec des clients. La parcourir en solitaire et en hiver et puis la descendre à ski, cela apportait des emotions tout à fait neufs. Mettre pied au versant est du pic, où les portables captent pas, m'a fait penser. Les grands crevasses du glacier Crystal m'attendaient. Je songeais aux premiers tentatives du Chamonix-Zermatt. En pensant que le grand froid de janvier durcirai les ponts de neige (et ignorant que la majorité de la neige venait entre février et avril), les pionièrs ont perdu un des leurs dans la première chute de crevasse dans l'histoire du ski-alpinisme. Soyez sûr que je m'en servais de toutes mes souvenirs et des photos aériens pour naviguer le Crystal.

As I strapped my skis to my pack for the climb up the summit gully, a National Park Service helicopter came out of the west and touched a skid to the summit above me. I briefly imagined a drove of skiers piling out and stealing my fresh tracks. I smiled at the thought and waved, thankful for our National Parks and the stewards who work to protect them. By all means, come climb or ski Shuksan with me...but be prepared to hoof it.
Je cinglais mes skis sur mon sac et regardais en haut où un helico du National Park Service touchais ses rails au sommet. Pendant un bref moment j'imaginais une foule de skieurs sortant de l'helico pour voler la neige vierge du couloir sommitale. Je riais à la fantaisie, reconnaissant de nos Parcs et les gens qui les gèrent. De toute façon, viens grimper ou skier le Shuksan avec moi...mais sachez qu'il va falloir marcher un peu !

The summit panorama glittered with the cold snows of December. With only short day, I couldn't linger. I scrambled down off the topmost rime blobs and clicked into  my skis. Before I dropped onto the North face, I looked over at Mt. Baker, and wondered how long the high pressure would last.
Du sommet le panorama brillait avec les neiges de décembre. Une journée si courte, on ne traîne pas. J'ai dégrimpé les boules de glace du sommet quelques metres et j'ai mis les skis. J'ai recroisé le Crystal et me dépechais vers la face nord. Avant de m'y jeter, j'ai jeté un oeil ver Mt. Baker. Ca va durer combien de temps, l'anticyclone, je me demandais.

Two days later, the cold clear spell hung on just long enough to see me up the Coleman-Deming route on our local iconic peak. Icey turns on the enormous Coleman glacier proved the power of the north winds of the preceding week. I returned to Bellingham satisfied, eager for news of the next storm.
Deux jours après, le grand beau temps m'octroyait encore une belle journée de ski. J'ai parcouru l'itinéraire Coleman-Deming sur le flanc ouest de Mt. Baker, le volcan iconique de la région. En faisant des virages timides sur une croute bien dure, je descendais le glacier avec un grand respect pour le vent du nord qui soufflait si fort pour balayer toute la neige. Je rentrais à Bellingham pour attendre le retour des tempêtes et la neige fraîche.